TÊTE D'ÉPINGLE

Bill Griffith

De 1840 à 1940, le Freak Show est une véritable institution aux USA, avec ses grands étendards et ses fanfares de rue, où chacun se dispute des monstres toujours plus extraordinaires. Si on peut se féliciter de la disparition de ces cirques ambulants – car certainement perçus comme une simple exploitation de monstres –, beaucoup d’entre eux ont fait le choix de ce statut « d’artiste » afin de connaître une authentique chance d’ascension sociale. Surnommé « Tête d’épingle », Schlitze Surtees est également apparu en 1932 dans Freaks, film culte et maudit de Tod Browning qui sera interdit pendant une trentaine d’années. C’est en découvrant cette œuvre en 1963 que Bill Griffith a une véritable révélation et décide d'écrire sur ce personnage particulièrement affectueux et attachant.

24 €
En stock
PRESSE

"C’est une biographie magistrale et poignante que nous propose Griffith, créateur issu de l’underground des sixties. Le récit, mûri pendant près de soixante ans, servi par un découpage et une palette de gris tout en hachures, d’une grande fluidité, profite de ce long cheminement en évitant les écueils du voyeurisme comme de la compassion. Miroir tendu à la normalité et à la bien-pensance, la vie et l’œuvre de « Tête d’épingle » cristallisent des sentiments ambigus : l’indifférence sociale et la rudesse des rapports humains sont contrebalancées par l’humour et l’attitude décalée de Schlitzie, mais aussi par la solidarité et l’affection de ses compagnons de troupe." - Le Monde diplomatique

"Vendu par ses parents à l’âge de 8 ans, trimbalé de propriétaire en propriétaire et d’une baraque à l’autre, le Schlitzie de Bill Griffith raconte la cruauté d’une époque incapable d’appréhender la question du handicap mental. Narrateur surdoué, assujetti aux faits, dans la lignée du journalisme américain, le dessinateur réussit magistralement son œuvre de réhabilitation." Frédéric Potet - Le Monde

L'existence de Schlitzie étant documentée de manière lacunaire, l'auteur n'hésite pas à s'intéresser plus largement à la culture foraine (ses lieux, ses traditions et ses acteurs), comme l'indique le sous-titre du livre : "Vie et époque de Schlitzie le microcéphale". Ce parti pris génère un ouvrage dense et varié totalement captivant. Griffith parvient à combiner richesse informationnelle et tendresse, description des faits et création artistique." - Boris Henry - Zoo Le mag

"Presque lune, dynamique et impertinente maison d'édition rennaise, vient d'enrichir sa collection Lune froide d'un magistral pavé dû au talent du pilier de l'underground américain qu'est Bill Griffith, le cofondateur d'Arcade en compagnie d'Art Spiegelman." - DBD

AUTEUR

William Henry Jackson Griffith (né le 20 Janvier 1944 à Brooklyn, New York) est un dessinateur et caricaturiste américain qui signe son travail sous les pseudos de Bill Griffith et Griffy. Il est surtout connu pour sa parution journalière (comic strip) «Zippy» pour le slogan : «Are we having fun yet?». Griffith commence sa carrière à New York en 1969 et fut l’un des précurseurs de ce que l’on a nommé le «comics underground» et le co-auteur, avec Art Spiegelman, de l’anthologie du comics «Arcade, the Comics Revue».,http://www.zippythepinhead.com/pages/aabillgr.html,Bill Griffith est interviewé par Joe Sacco, dans The New Comics : Interviews à partir des pages de The Comics Journal, New York, Berkley, 1988, p. 167-179.

Collection Lune froide

Traduit de l'anglais (USA) par Renaud Cerqueux, format 17 X 24 cm, 256 pages, couverture cartonnée avec marquage à chaud argenté

ISBN : 978-2-917897-47-8

P2Tête_d'épingle-bandeau.jpg
POUR RECEVOIR NOTRE NEWSLETTER
  • Facebook
  • Twitter
  • Instagram