CONTRE MA CONSCIENCE

Moins de dix ans après la Seconde Guerre mondiale, la République fédérale d’Allemagne se considère à nouveau comme une force militaire. La Bundeswehr, nouvellement créée en 1956, a obligé des générations de jeunes hommes à servir dans les forces armées. La Loi fondamentale prévoit que l’on peut refuser le service militaire pour des raisons de conscience, mais même à l’époque de la chancellerie de Willy Brandt, l’objection de conscience est considérée comme subversive. Sous une forte pression et de nombreuses humiliations, le besoin de conscience devait être prouvé.

En librairie le 02 septembre 2022              29 €

Dans ce récit bouleversant, nous découvrons l’oncle de l’autrice, Hermann Brinkmann, un pacifiste convaincu qui a été appelé sous les drapeaux en 1973. L’expérience du service militaire et l’absence de reconnaissance de sa souffrance, le dépriment au point de se suicider à l’âge de 19 ans, en janvier 1974. Sa mort, médiatisée, a mené le gouvernement en 1978 à une révision de la méthode d’interrogatoire qui préjugeait la plupart du temps de la mauvaise fois des objecteurs.

PRÉSENTATION

Pour les générations qui n’ont pas été confrontées à la conscription, ce livre nous apparaît indispensable afin de comprendre la problématique du statut d’objecteur de conscience.
Le manque de reconnaissance de l’objection de conscience est un problème dont souffrent de nombreux jeunes hommes - et femmes - dans d’autres pays. Ils sont contraints d’effectuer un service armé qu’ils ne souhaitent pas au risque d’être poursuivis par la justice. Il est important que l’on prenne ici conscience de ce droit fondamental allemand qui, dans le cas de l’oncle de Hannah, a été bafoué et reste encore aujourd’hui trop peu accordé.

En France, les générations nées dans les années 60-70, qui s’opposaient au service militaire obligatoire, payaient parfois très cher de leur vie. Certains n’hésitaient pas à se risquer dans de fausses tentatives de suicide dans des conditions souvent désastreuses, à simuler de «vrais» troubles psychatriques, à se mettre en danger pour se faire exempter absolument...

Suite à la conjoncture internationale un peu plus apaisée, La France, comme de nombreux autres pays, a décidé de professionnaliser son armée et de suspendre ainsi le service national obligatoire en 1996.

Aujourd’hui, avec les attentats et les conflits qui ne cessent de s’amplifier, la suspension du service militaire est de nouveau remise en cause par certains politiciens.

Avec la guerre en Ukraine et les tensions avec la Russie de Poutine, l’Allemagne prend conscience qu’il est temps pour elle de changer le statut de son armée. Il ne serait pas étonnant qu’elle adopte de nouveau la conscription obligatoire...

AUTRICE

Hannah Brinkmann (1990) est bédéiste et illustratrice allemande basée à Hambourg. Ses courtes bandes dessinées sont parues, entre autres, dans «International Environmental Law Cases», une publication de l’UFU-Institut Berlin, «Alphabet of Arrival», une publication du Bundesinstitut für politische Bildung, le TAZ et le Strapazin. «Gegen mein Gewissen» (Contre ma conscience) est son premier roman graphique réalisé à l’âge de 28 ans.

Contre ma conscience a été nominé au comic book de la Berthold Leibinger Stiftung et au Prix PENG 2021 de Munich pour la meilleur BD allemande 2021

EN SAVOIR PLUS

 

Collection Lune froide

Traduit de l'allemand par Jean-Baptiste Coursaud, format 20 X 28 cm, 232 pages, couverture cartonnée

ISBN : 978-2-917897-83-6

CONTRE-MA-CONSCIENCE_BANDEAU.jpg