FILIPPO SCOZZARI

FILIPPO SCOZZARI

Filippo Scòzzari (1946) est une figure clé du milieu underground de Bologne et de Rome dans les années 1970 et 1980, il est l’un des maîtres les plus influents de la bande dessinée italienne. Peintre, écrivain, graphiste et illustrateur, Scòzzari a participé aux expériences fondamentales de la culture alternative italienne, active entre revues, radios et centres artistiques. Parmi eux, «Re nudo», «Il Male», «Radio Alice», «Cannibale», «Traumfabrik», «Alter Alter», et «Frigidaire». Avec le groupe «Cannibale» et «Frigidaire», Scòzzari opère de manière critique dans la culture de la bande dessinée italienne, en explorant des possibilités qui n’avaient jamais été explorées auparavant, et en élargissant l’utilisation de la bande dessinée dans une direction artistique, et comme outil de recherche sociopolitique. Il a contribué à diffuser une nouvelle conscience esthétique autour du médium de la bande dessinée. Sa technique de bande dessinée distinctive implique un choc constant entre la finesse du dessin et de la couleur, et le contenu, intentionnellement caricatural, grotesque et anti-idéaliste, provoquant un effet de dévoilement des mécanismes derrière ce médium, et une polémique anti-bourgeoise irrévérencieuse. Des exemples de cette tendance sont «Suor Dentona», «Dottor Jack», «Primo Carnera», ainsi que les adaptations en bande dessinée de «Mar delle Blatte» (2020) de Tommaso Landolfi et «Le Dahlia bleu» de Raymond Chandler. Parmi ses écrits, son mémorial autobiographique «Prima pagare poi ricordare», et la pièce «Cuore di Edmondo», inspirée du roman «Cuore» d’Edmondo de Amicis.